top of page

Regarder est un acte de choix

Lors de la première vague du virus COVID19, pendant le confinement, j'ai commencé à me demander ce que signifiait "chez soi" en tant qu'espace. Où et quand un espace est-il la maison et quand cesse-t-il d'être la maison ?
Pour moi, être à la maison a un lien fort avec la vie privée ; un endroit sous le radar des yeux contrôlants, un endroit où vous pouvez être invisible. Il ne s'agit pas seulement d'une liberté individuelle, mais aussi d'un droit fondamental ; la base d'une saine démocratie. Dans une société où la surveillance envahit de plus en plus nos vies, je me suis demandé s'il était possible de développer une contre-stratégie en brisant volontairement les fragiles frontières entre espace public et espace privé.

Avec  la documentation de mon installation performative de 2020, je combine les questions sociopolitiques avec une réflexion personnelle à travers la forme de l'essai vidéo. Avec cet essai, je veux amener l'anti-film "Sleep" de Warhol dans le domaine de l'art de la surveillance   et bousculer l'équilibre des pouvoirs entre spectateur et spectateur. Regarder est un choix actif et donc le spectateur est complice ,

bottom of page